Histoire de la grenouille

Publié le par Brigitte

Imaginez une marmite remplie d'eau froide dans laquelle nage tranquillement une grenouille.
Le feu est allumé sous la marmite, l'eau chauffe doucement. Elle est bientôt tiède. La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue à nager.
La température continue à grimper. L'eau est maintenant chaude. C'est un peu plus que n'apprécie la grenouille, ça la fatigue un peu, mais elle ne s'affole pas pour autant.
L'eau est cette fois vraiment chaude. La grenouille commence à trouver cela désagréable mais elle s'est affaiblie, alors elle supporte et ne fait rien.
La température continue à monter. La grenouille finit par cuire et mourir.

Si la même grenouille avait été plongée directement dans l'eau à 50°, elle aurait immédiatement donné le coup de patte adéquat qui l'aurait éjectée aussitôt de la marmite.

  Cette expérience montre que lorsqu'un changement s'effectue d'une manière suffisamment lente, il échappe à la conscience et ne suscite la plupart du temps,  aucune réaction, aucune opposition, aucune révolte.

Si nous regardons ce qui se passe dans notre société depuis quelques décennies, nous subissons une lente dérive à laquelle nous nous habituons.
Des tas de choses qui nous auraient horrifiés il y a 20, 30 ou 40 ans, ont été peu à peu banalisées et nous dérangent mollement à ce jour, ou laissent carrément indifférents la plupart des gens.

Au nom du progrès et de la science, les pires atteintes aux libertés individuelles, à la dignité, à l'intégrité de la nature, à la beauté et au bonheur de vivre, s'effectuent lentement et inexorablement avec la complicité constante des victimes, ignorantes ou démunies.
Les noirs tableaux annoncés pour l'avenir, au lieu de susciter des réactions et des mesures préventives, ne font que préparer psychologiquement le peuple à accepter des conditions de vie décadentes, voire DRAMATIQUES.
  Le GAVAGE PERMANENT d'informations de la part des médias sature les cerveaux qui n'arrivent plus à faire la part des choses.
Lorsque j'ai annoncé ces choses pour la première fois, c'était pour demain.
Maintenant, c'est AUJOURD'HUI !!!


Alors si vous n'êtes pas comme la grenouille, déjà à moitié cuite, donnez le coup de patte salutaire avant qu'il ne soit trop tard.

Olivier Clerc
écrivain et philosophe

A méditer !

 

Commenter cet article

chloé 24/11/2008 13:08

Ca s'est vrai !! on se laisse faire trop facilement .... Nos rêves s'écroulent et on se contente de se raccrocher à quelque chose d'autre sans trop d'espoir :S

dany 20/11/2008 10:30

oh ! comme je suis d'accord avec ce que tu écris !!
je ne sais que trop à quel point nous sommes victimes de ce monde moderne qui entend tout diriger y compris nos pensées !
mais comment résister ? ... ce n’est guère facile.
"ma" révolution", je l'ai entreprise il y a longtemps !
j'ai tenté de vivre "en dehors" de ce monde qu'on nous propose, en luttant contre la pensée unique qui se diffuse d’une chaine à l’autre, d’une radio à l’autre, contre un mode de vie prôné comme idéal mais vide d’idéal, contre l’endoctrinement de la pensée et l’uniformisation, mais comme il est difficile de lutter ...
pendant longtemps j’ai vécu comme une paria car je recherchais la « vraie vie » que je ne trouvais pas dans la norme imposée... il faut du courage pour accepter d’être différent !
j’espère avoir donné de bonnes bases à mes enfants, leur avoir fait comprendre que notre vie doit d’abord être spirituelle et généreuse et que c’est en soi même que l’on trouvera la force et l’espoir ! et qu’il ne sert à rien d’être pessimiste.
Apprenons aux jeunes à se démarquer de la masse et à croire en eux, à favoriser leur pensée créatrice.
C’est notre devoir de les mettre en garde contre tout ce matérialiste.